fbpx

Un emploi sûr… ça n’existe pas !

Image de Goumbik

« Avec 3 millions de chômeurs, tu devrais être content d’avoir un travail ! »
« Aujourd’hui, on doit prendre ce qu’on nous propose ! »
« Les gens qui se plaignent de leur emploi oublient que le travail était beaucoup plus dûr autrefois ! »

Qui n’a pas entendu au moins une fois ce genre de phrase ? Et c’est vrai qu’elles remontent bien plus facilement à la surface lorsqu’on évoque l’envie de changer d’emploi en expliquant que le nôtre ne nous plaît plus.

C’est agaçant parce que les gens qui assènent ces maximes semblent nier le mal-être de celui qui en est arrivé à détester son job, allant parfois jusqu’à le faire culpabiliser. Mais c’est également pénible parce que, dans le fond, on sait pertinemment que ces phrases traduisent une réalité indéniable. Certes, il fut une époque où le travail ne manquait pas et on pouvait ainsi passer d’un emploi à un autre au gré de nos envies, de nos ambitions ou encore des nouvelles opportunités qui se présentaient. Et, cerise sur le gâteau, c’était la plupart du temps pour gagner plus d’argent, car les employeurs se battaient pour avoir les meilleurs profils. Mais cette époque est désormais très, très loin derrière nous.

La peur d’un avenir incertain

Aujourd’hui, non seulement il est devenu presque impensable d’abandonner un emploi avant d’en avoir trouvé un autre garanti à 100%, mais la peur d’un avenir incertain a même conduit la plupart des gens à tout simplement renoncer au projet de quitter leur emploi actuel, selon l’adage populaire qui veut que « si on sait ce qu’on abandonne, on ne sait pas en revanche sur quoi on va tomber« .

Et c’est vrai que rien ne dit que le nouveau job pour lequel vous pourriez démissionner ne va pas se résumer à une belle aventure de quelques mois… qui se terminera finalement à Pôle Emploi. Car si la France peut s’enorgueillir de compter 691 000 nouvelles entreprises supplémentaires en 2018, on dénombre également plus de 60 000 cessations d’activité dans le même temps, soit environ 150 défaillances par jour.

Bon, dit comme cela, avec 60 000 cessations pour 700 000 créations, on a quand même l’impression que plus de 90 % des emplois en entreprise sont malgré tout préservés. Mais en réalité il n’en est rien, car plusieurs milliers de ces fermetures concernent des entreprises installées depuis quelques années, des PME qui comptent souvent beaucoup de salariés voués au chômage. Tandis que sur les 700 000 créations d’entreprises citées plus haut, on trouve énormément d’entreprises unipersonnelles qui ne créent donc aucun autre emploi que celui de l'(auto-)entrepreneur.

Difficile d’avoir les bonnes cartes

Bref, l’emploi se fait rare et de moins en moins sûr. Changer d’activité aujourd’hui s’apparente donc de plus en plus à un coup de poker : on peut très bien avoir un carré d’as en main et se faire pourtant laminer par le destin qui nous sort une quinte flush qu’on pensait pourtant statistiquement improbable. Bon, j’admets que l’analogie est assez piteuse, mais la réalité est bien là : le parcours professionnel d’un individu lambda ressemble désormais bigrement au jeu préféré des garçons vachers du Far West, tant il est vrai que seule une combinaison optimale de facteurs (ou de cartes) peut réellement garantir le succès.

La bonne tranche d’âge, le bon cursus, le bon moment, la bonne société… tous ces facteurs doivent s’équilibrer parfaitement. Et, bien souvent, la période durant laquelle toutes ces « planètes » sont correctement alignées est très brève. Bien vite, vous deviendrez trop vieux pour être embauché en junior mais vous n’aurez pas assez d’expérience pour être éligible au cran supérieur. Tout aussi rapidement, vos connaissances deviendront obsolètes dans un marché en perpétuelle mutation, ou encore la start-up d’hier qui recrutait à tour de bras pour faire face à une croissance exponentielle finira peut-être par s’étouffer sous son propre poids et s’écrouler pour avoir grandi trop vite… entraînant avec elle des dizaines, des centaines, voire des milliers de collaborateurs pleins d’enthousiasme qui avaient mis tous leurs espoirs en elle.

Soyez réactif : votre situation VA changer

En clair, il est vain de chercher à former la combinaison ultime, à viser la situation idéale, car cela n’existe pas. En revanche, il faut savoir être réactif, anticiper, prévoir et garder en tête que rien n’est jamais sûr à 100 %. Certes, l’activité dans laquelle vous rêvez de vous lancer est incertaine, mais d’un autre côté votre emploi actuel l’est tout autant : votre entreprise peut faire faillite par exemple, ou être contrainte de licencier. De même, c’est vrai que vous connaissez bien votre métier et qu’il peut vous sembler effrayant de vous lancer dans un nouveau secteur d’activité, mais combien de temps vos compétences resteront-elles d’actualité avant de vous obliger à vous former à de nouvelles techniques tout aussi « inquiétantes » pour garder votre emploi ?

En réalité, vous ne devez pas vous interroger sur la pertinence ou l’intérêt de changer ou non de situation, car votre situation VA changer, inévitablement, que vous le vouliez ou non. La vraie question, c’est plutôt : allez-vous attendre qu’on vous impose ce changement, peut-être même de manière dramatique comme le vivent chaque jour des milliers de Français qui sont OBLIGÉS de quitter leur emploi ? Ou bien préférez-vous prendre votre destin en main et choisir vous-même le moment où vous passerez à autre chose ?

Vous avez aimé cet article ? Incrivez-vous à la newsletter pour n'en rater aucun, vous recevrez un e-book gratuit par e-mail !
(Pensez à vérifier vos spams si vous ne recevez rien)

* champ obligatoire

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le : Share on Facebook
Facebook
Pin on Pinterest
Pinterest
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *