fbpx

Le secret des self-made-(wo)men

On parle souvent des self-made-(wo)men, ces gens qui, partis de rien, ont atteint les sommets de l’échelle sociale sans l’aide de personne, à la seule force de leurs convictions et de leur pugnacité.

Image de Pexels chez Pixabay 

On aime ce genre d’histoires, justement parce que ce sont des histoires.
Rien ne peut se faire seul. Rien. Voilà le secret. Désolé, mieux vaut retirer le pansement tout de suite.
Il y aura toujours une part venant d’autres personnes.

Attention, ça n’enlève rien aux défis que ces personnes ont dû relever et à la force qu’il faut pour arriver où ils sont arrivés. Ce sont des gens pleins de détermination et c’est vrai que c’est assez beau.
Ils sont le centre de leurs histoires exceptionnelles, mais l’histoire est écrite par les vainqueurs, et elle oublie toujours quelqu’un.

Pour avancer, on a besoin des autres. Ce qui ne veut pas dire qu’il faut se servir des autres afin d’escalader l’échelle sociale en utilisant leurs cadavres comme des marches.

Mais il faut apprendre à saisir les occasions, à faire en sorte de rencontrer les bonnes personnes au bon moment. Il y a une part de chance bien sûr, mais il faut également être proactif.

Tout faire soi-même

Avec cette image des self-made-(wo)men, on a tendance à voir l’entrepreneuriat comme un voyage solitaire. Ça donne cette impression qu’on ne doit compter que sur soi et que les autres ne feront que nous ralentir ou nous ruiner avant même de gagner quoique ce soit.

Il est vrai que l’idée de dépenser de l’argent pour créer son entreprise avant même d’avoir gagné un centime fait peur. Mais il y a des investissement nécessaires pour avancer. Sans eux, il n’y aura pas d’avenir et vous pourrez vous échiner pendant des mois, si vous n’avez pas les compétences requises, il sera quasiment impossible de terminer ce que vous avez à peine commencé.
Et c’est sans compter le temps perdu à essayer de gagner une compétence alors qu’un autre, déjà compétent, pourrait vous faire gagner un temps conséquent.

Le financement

Si vos moyens actuels ne vous permettent pas de payer quelqu’un, il va falloir envisager de trouver un financement.
On ne va pas miser sur le Loto, on est d’accord .
Mais il reste quelques options. Légales.

Vous pouvez demander autour de vous. Oui oui, il y a des gens autour de vous qui ont de l’argent. Généralement, ils ne seront pas enclins à vous financer sans conditions. Mais si vous trouvez un mécène, ma foi, foncez !

Ceux qui ne le feront pas sans contrepartie peuvent s’intéresser à votre projet s’il est bien ficelé, bien pensé et prometteur. À vous de définir les conditions du contrat avec cet investisseur.

Vous pouvez vous tourner vers le crowdfunding ou financement participatif. Le principe est de lancer une campagne avec un objectif financier. Les gens intéressés peuvent donner un peu ou beaucoup d’argent pour financer ce projet.
Comme souvent, il faut proposer une contrepartie. Vous pouvez proposer une réduction intéressante sur ce que vous souhaitez vendre, par exemple.
Pensez à proposer des produits dérivés, des bons d’achat, une rencontre autour d’un repas dans un bon restaurant, bref, ce que vous pouvez proposer qui soit susceptible d’intéresser ceux qui financent votre projet.
Vous pouvez aussi proposer des contreparties de plus en plus intéressantes en fonction de la somme perçue.
Le principe de palier est intéressant. Par exemple, à partir d’une certaines somme atteinte sur la cagnotte globale, vous pouvez proposer des bonus.
Bref, il y a mille et une façons de faire votre campagne.

Vous pouvez également aller voir votre banque (ou une autre), amener un projet EXTRÊMEMENT bien ficelé et leur demander de vous prêter de l’argent en espérant avoir le taux le plus bas possible.

L’échange de compétences

Vous n’avez pas toutes les compétences requises, mais vous en avez quand même. Vous pouvez donc proposer un échange de compétence. Il faut trouver quelqu’un qui a les compétences que vous cherchez et qui cherche les compétences que vous avez.
À vous de vous créer un réseau. Le réseautage est un art que vous devrez apprendre à manier. Qu’il soit physique, en ligne ou les deux, il est bien souvent nécessaire.
Je ne listerai pas ici les centaines de méthodes existantes pour réseauter, mais en voici quelques une :
– Réseaux sociaux, professionnels ou pas
– Networking
– Associations professionnelles
– Sortir de chez soi !

Les copains et copines

Ben oui, vous avez peut-être des copains et des copines avec des compétences ou des intérêts proches des votre !
C’est assez génial de pouvoir partager ce genre d’expérience avec des copains/copines, on se sent moins seul et on avance plus vite en partageant les tâches !
Ça peut renforcer les liens de façon exceptionnelle, mais attention, ça peut aussi rendre les choses encore plus difficiles s’il y a incompatibilité professionnelle.
Perdre un prestataire n’est pas aussi douloureux que de perdre un(e) ami(e) donc soyez vigilants !

Alors en solo ? Non, on a et on aura toujours besoin des autres.
S’enfermer chez soi et se couper du reste du monde pour travailler sur son projet est assez contre-productif. De plus, si vous ne confrontez jamais votre projet à d’autres, vous risquez de travailler un temps infini sur un projet qui n’intéresse… Personne

Alors sortez, voyez et travaillez avec des gens !

Et pensez à partager ou commenter cet article s’il vous a plu !

Vous avez aimé cet article ? Incrivez-vous à la newsletter pour n'en rater aucun, vous recevrez un e-book gratuit par e-mail !
(Pensez à vérifier vos spams si vous ne recevez rien)

* champ obligatoire

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le : Share on Facebook
Facebook
Pin on Pinterest
Pinterest
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *