fbpx

Le Post-it

Allez les enfants, asseyez-vous autour du feu et venez écouter la nouvelle histoire incroyable de papi Tom ! Aujourd’hui, il vous raconte la merveilleuse aventure du Post-it.

Image de Tobias Herrmann chez Pixabay (modifiée)

Il était une fois un jeune chimiste de 23 ans qui s’appelait Spencer Silver.

Spencer travaillait dans une grosse société nommée 3M, notamment connue pour avoir inventé le Scotch.

Le ruban adhésif, Sue Ellen ! Pas la boisson !!! Le ruban adhésif !

Bref, donc, il travaillait pour cette grosse société.
Un jour, un peu par hasard, il créa un adhésif un peu poisseux qui ne collait qu’à lui même et pas très fortement. Le souci, c’est qu’il était censé travailler sur un adhésif extrêmement fort !
Tu n’es pas très efficace, Spencer, je ne te félicite pas !

Il tenta alors de convaincre 3M de le vendre sous forme de spray ou étalé sur des tableaux pour les rendre autocollants. Mais 3M n’en voulut pas.
Il se débrouilla tout de même pour obtenir le financement nécessaire à l’achat du brevet.

Quelques années plus tard son collègue Arthur Fry, chef de choeur dans une église, eu l’idée d’utiliser la colle de Spencer pour faire tenir les marque-pages dans son livre de choeurs.
Mais le problème initial persistait, la substance ne collait qu’à elle-même et n’adhérait pas au papier.
Ce sont deux autres collègues qui trouvèrent un moyen d’étaler cette colle de façon régulière sur du papier.
Arthur, heureux, pu enfin marquer les pages de son livre de choeurs sans craindre que lesdits marque-pages ne tombent.

3M fit alors des tests de commercialisation de ces papiers autocollants sous le nom de « Press ‘n Peel ». Mais ces tests se révélèrent négatifs.
Il abandonnèrent donc le produit.

Un an plus tard arriva un nouveau directeur du marketing, Bill Schonenberg. Bill décida alors de donner une nouvelle chance à ce produit en lequel il croyait.
Il fit envoyer des échantillons gratuits à toutes les plus grosses sociétés de Boise (ville de l’Idaho).

Les retours furent impressionnants, 90% de ceux qui avaient eu ces petits papiers autocollants entre les mains se dirent prêts à en racheter !

Peu de temps après, les « Post-it Notes » (« Post-it » pour les intimes) trouvèrent leur nouveau nom et devinrent l’un des plus grands succès commerciaux de tous les temps.

Et ils vécurent heureux pour toujours.

FIN

Le débrief

Que peut-on tirer de cette histoire ?

  • Parfois, en cherchant à faire quelque chose, on fait quelque chose de très différent
  • Parfois, c’est une bonne chose (mais pas toujours)
  • Même si un projet ne semble pas intéressant, il peut tout de même l’être
  • Si on y croit vraiment, on n’est pas obligé de l’oublier
  • On peut le voir sous un angle différent par la suite
  • Un bon nom de produit a son importance
  • Ce qui peut faire la différence, c’est de trouver la bonne façon de le vendre
  • La gratuité est justement un bon moyen de faire découvrir un produit et donc de le vendre par la suite
  • Sue Ellen n’a pas encore réglé ses problèmes d’alcool

Vous avez aimé cet article ? Incrivez-vous à la newsletter pour n'en rater aucun, vous recevrez un e-book gratuit par e-mail !
(Pensez à vérifier vos spams si vous ne recevez rien)

* champ obligatoire

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le : Share on Facebook
Facebook
Pin on Pinterest
Pinterest
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *