fbpx

Vous n’êtes pas votre job !

Tu fais quoi dans la vie ?
– Un métier.
– Et tu l’aimes ?
– Non !
– Ah…

Image de 3D Animation Production Company chez Pixabay 

Il est d’usage, quand on vous demande ce que vous faites dans la vie, de répondre en disant quel métier vous faites.

Bon… Ça semble très réducteur, mais… Admettons.
Et si vous détestez votre job, ça se passe comment ?

Tu fais quoi dans la vie ?
Un truc que je déteste.

C’est triste, non ?
Parce que je veux bien vous parier un voyage sur la lune que vous n’êtes pas QUE votre métier et que vous ne faites pas QUE ça.
Mais psychologiquement ça peut faire des ravages !

Vous finissez par penser que vous êtes votre métier. Mettant de côté absolument TOUT le reste : ce que vous aimez faire, ce que vous aimez tout court, ce qui vous fait envie, vos qualités, vos défauts, etc.

Bon, soyons réalistes, vous n’allez pas vous présenter en disant :

Salut, je m’appelle Marc-Sophie, je suis chercheur en dahu, je ne parle pas le russe mais j’aime regarder des films russes non sous-titrés en slip et en mangeant de la glace à la menthe et au thon, j’ai une tâche de naissance sur la fesse droite et je pense que le lundi a été inventé par les illuminati pour nous pourrir la vie.

Déjà parce qu’il est fort probable qu’on ne vous adresse plus jamais la parole après ça et parce que… Ben, tout le monde s’en fout.

Alors qu’est-ce qu’on fait ?

Vous ne ferez pas changer la société, c’est comme ça, les gens attendent que vous leur disiez quel métier vous faites.
Mais si socialement vous devez vous présenter comme ça, n’oubliez pas de prendre du recul quand vous êtes face à vous-même : Vous n’êtes pas votre job.

Détester son métier, ce n’est pas se détester. Faire un boulot de merde, ce n’est pas être une merde.

Personnellement, j’ai adopté l’habitude de me présenter en parlant du métier que je VEUX faire : Musicien/Écrivain. Les discussions sont nettement plus intéressantes que quand je dis « Je fais ça », tout en laissant transpirer le peu d’amour que j’ai pour ce métier.

Encore un petit point important : si vous êtes en plein changement de vie professionnelle, pensez à prendre du temps pour vous.
Car même quand on fait un métier qu’on aime à tel point qu’on a l’impression de ne plus travailler ou qu’on prépare un changement vers ce qu’on aime, encore une fois, il ne faut pas oublier qu’on est bien plus que ça.

Alors ne négligez pas votre vie, votre famille, vos amis ou vos loisirs.
Créez une barrière franche entre vous (et tout ce qui va avec) et votre métier.

Parce que, au cas où je ne l’aurais assez répété : Vous n’êtes pas votre job !

Vous avez aimé cet article ? Incrivez-vous à la newsletter pour n'en rater aucun, vous recevrez un e-book gratuit par e-mail !
(Pensez à vérifier vos spams si vous ne recevez rien)

* champ obligatoire

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le : Share on Facebook
Facebook
Pin on Pinterest
Pinterest
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *